Ben voilà...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ben voilà...

Message par -Padre- le Jeu 5 Avr - 21:33

Puisqu'on a pas peur du ridicule :
Voilà ma présentation sur un petit blog :

Ainsi qu'un texte ou deux qui suivent..


Prologue


"Insensé qui crois que je ne suis pas toi"

Je suis le trop plein de lassitude, je suis l'ennui dans sa spleudeur, je suis le pénitent invétéré, je suis paraphrase.
Je suis la terreur téméraire, je suis la langueur monotone avant la tempête, je suis l'aveugle qui ne voit que des beautés, je suis oxymore.
Je suis "Flot dans la foule, âme dans la tempête", je suis la peur indicible qui force la raison au courage, je suis chiasme.
Je suis invention, je suis reflexion, je suis analyse, je suis synthèse, je suis entreprise, je suis deux milliards, je suis proximité, je suis intouchable.

Je suis.


Un soupir...


Un soupir et la voilà partie, une jalousie éphémère et la voilà en larmes. Sans sommeil une nuit de plus, juste quelques kilomètres, deux lanternes allumées dans la nuit. Un lever de soleil, un rayon à travers les arbres.
J'ai mal à la tête à force de ne pas réfléchir, je brûle d'impatience à force de pensées. Un fantasme, un violon, une tête de lit. Que faire contre l'impuissance qui nous ronge l'âme ? Jouer à Don Juan, jouer le héros de Rostand, ne pas craindre l'oppression ou l'injure.
Rêver, voler, fumer. Tout ira bien, bien sûr, sûr que tout ira. Un message dans une bouteille. Une photographie de lettres. Que faire lorsque l'âme réfrène la passion ?
Croire, espérer, vivre...


Songe d'une nuit d'hiver


Volute bleue dans le ciel, ceinture de chasteté céleste. Orion, guidant la nuit. Des cendres. Descendre, au plus profond, dans la fange et le goudron. Beauté fatale. Lettres, mots, phrases, sentiments, rêves.

Une deuxième peau qui flotte dans la nuit, une ombre qui court les rues.

Jouons sur les maux. Un poème, un homme, un Atlas au fardeau si lourd. La névrose empathique, la maladie idiopathique, l'existence antipathique, le dos voûté, tassé par la gravité du monde.

Une note dominante, un esprit dans l'expectative, une illumination. Une énumération, qu'est-ce-que l'énumération ? C'est la faculté, de tout dire, sans rien expliquer. C'est le pouvoir de faire comprendre, de faire penser. C'est la faiblesse de l'incompris, c'est la puissance de l'insondable.


La sérénité est une pute

et j'ai plus un rond...
avatar
-Padre-
Est-ce que tu connais nos tristes pouvoirs

Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 28
Localisation : Devant, derrière...
Date d'inscription : 04/04/2007

Feuille de personnage
race:

Voir le profil de l'utilisateur http://romanticide-effrene.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum